Tuesday, May 02, 2006

Pardonnez le ton...

... peut-être péremptoire de ce qui va suivre, et qui pourrait me faire passer pour animateur de radio nocturne. J'aimerais juste vous ramener dans un chemin où l'on aime se promener.

Vous ne m'avez pas l'air d'une femme FOLLEMENT amoureuse, mais d'une femme amoureuse un peu perdue, voilà tout. Il faut en effet bien plus que quelques écoutes de Robert Smith pour accéder à la folie. A ce propos, votre "incroyable malheur" ne peut en être un, si vous trouvez encore quelque force voire quelque plaisir à écouter les mélodies du chanteur des Cure...

Quant à votre idée d'Amour et de Bonheur, considérations éternelles et universelles, je ne saisis pas trop où vous voulez en venir. Comment pouvez-vous de fait CROIRE en l'Amour si vous SAVEZ qu'il ne donne pas accès au Bonheur, lequel vous remettez en question?

Je reste perplexe devant cette mélancolie que je n'ose croire que passagère.