Sunday, May 21, 2006

L'angoisse

Ca y est, il faut choisir. Il faut mettre de côté son aversion pour le grand risque et faire le grand saut. La vivre vraiment, la vie d'artiste... Celle qui est saine car l'on veut qu'elle nous emmène tout là-haut et que le romantisme a tout déchiré et que soudain il faut être dans le concret. Mais c'est dur, oh oui, c'est dur. Surtout cette peur au ventre, périodique, incessante, inextinguible: cela fait trois semaines que je n'ai pas écrit de nouvelle chanson! Ces quelques vers trottent dans ma tête depuis trois jours, voilà tout:

Aujourd'hui je me sens beau
J'ai pris la couleur du ciel
Mais je sais ce que je vaux
Le beau temps n'est pas éternel


Je relis ce que je viens d'écrire plus haut et le rythme de l'écriture est tel que l'on peut sentir la fleur de peau, l'angoisse réelle qui me prend aujourd'hui. Je sors de concert à l'instant, un concert électrique où j'ai une nouvelle fois tout donné aux quelques personnes qui trainaient là et se demandaient qui était ce malade les yeux au ciel, le coeur aux couilles, et les larmes dans les sourires. Je me suis mis tout nu et je les ai laissé regarder. Et maintenant j'ai un peu froid. Et je me sens un peu perdu.

Un peu, ce n'est rien. Ce n'est que le début.

Allez, un clin d'oeil.