Monday, December 05, 2005

Les feux de la Seine

De l'eau glisse impertinente sur le goudron figé
Le soleil qui hésite préfère se recoucher
Le vent vicieux serpente dans les manteaux glacés
Imposant sa visite la reine est annoncée

Pour que la Seine s'amuse on enferme les berges
Et tranquille elle abuse de ses rives qu'elle immerge
La ville rendue complice voulant lui rendre hommage
Se prend comme une actrice à changer de visage

Courtisane impatiente fraichement toilettée
Souhaitant couper les ponts au tourisme nippon
Secréte l'ile de saint-Louis et l'ile de la cité
Se voit déjà réjouie bientot indépendante

Un peintre du dimanche format demi-raisin
Retrousse les deux manches et s'essaye au dessin
D'une touche d'hiver très finement poudrée
Paris se dépoussière en poussière givrée

Les éclats de cristal déchirent la torpeur
Le peintre a bien du mal à saisir les couleurs
Et tandis que la Seine frise la cote d'haleine
L'artiste travaille à peine et se fiche de la sienne

Un promeneur en exil s'éloigne des badauds
Aux chemins difficiles une rampe à fleur d'eau
Lent désiquilibriste ,ses pas sont en danger
Entre Seine et touristes ,la fierté sous les pieds

De l'eau glisse impertinente sur le goudron figé
Le soleil qui hésite préfère se recoucher
Le vent vicieux serpente dans les manteaux glacés
Imposant sa visite la reine est annoncée

Et des fêtes d'un nouvel an un peu trop arrosé
La Seine dans son élan s'éveille délurée
Aux lumières de Janvier Paris sort de sa nuit
Et constate enchanté...la Seine pisse au lit

J.
Take Care
Sleep tight