Wednesday, May 04, 2005

REPOS!

Trois soirées de repos. Trois soirées sans alcools. Trois soirées de solitude. Sans femme(s), excepté dans ma tête, enlevant leurs dessous. Trois soirées de sommeil empli de rêves -Ophélie en nuisette m'ouvrant la porte, à l'appartement de ma petite amie; une collègue de bureau maquerelle passionnée par Basic Instinct; Jeff Buckley m'expliquant que je fais mal l'accord de Sol sur ma guitare, not with the thumb, man, you're losing it all with the thumb; ma soeur à l'enterrement d'une souris, celle qui saccage mon appartement; Vixen en Venus de Milo, pétant un cable parce qu'elle ne peut pas écrire; Greg en couv' de Cosmo; Marie sniffant sur le torse d'Iggy...

Et trois chansons. Après trois mots de silence, celui des agneaux? Les voilà qui s'agitent! Jets de bonheur, d'euphorie, de félicité, d'excitation, qui frappent. Mais là où ça fait du bien, Vixen, là où ça fait du bien. Trois soirs devant mon piano, ma guitare, à prendre n'importe quel crayon qui traîne. Trois chansons: une excitée à tendance bluesy-rock'n'roll sur les sortilèges de la Vodka; une romantico-cynique sur les femmes de l'Ancien Temps (en VF); et une dramatique pour Johnny sur les générations à venir. Reste à les assumer. Les faire vivre. Les apprendre et les défendre. Et les désapprendre. Surtout.

Je retourne à la campagne. Je fais le pont, vers l'arc-en-ciel, obsession ancienne. Devant mon Steinway, l'herbe verte, un onglet fumant dans mon assiette, un Chateau Rose du Pont 2001 de chez Guy Lambert, et ma famille. "You got to show some respect", dixit Corleone. "Not always, man, not always; but this time I will."