Friday, March 11, 2005

Bientôt et loin

C’est si souvent qu’en plein été
On court les terrasses des cafés
C’est si souvent qu’en plein été
La planète ait perdu la tête
C’est si souvent qu’en plein été
On s’arrête pour regarder
Le plein été qui perd la tête
Et n’arrête pas d'aliter

Mais en automne, vient le carbone
Et en hiver, j’sais pas quoi faire !
Quand vient l’printemps, personne m’attend
Alors qu’l’été m’oublie jamais
Je me sens chaud je me sens brûler
Je me sens beau je me sens pas laid du tout
J’veux rigoler, je veux batifoler
Alors Bienvenue l’été !


C’est si souvent qu’en plein été
L’éternité soit retrouvée
C’est si souvent qu’en plein été
La tête en l’air soit tolérée
C’est si souvent qu’en plein été
On oublie le reste de l’année
Ah si c’était, ah si c’était
Ah si c’était comme l’an passé

Mais en automne, vient le carbone
Et en hiver, j’sais pas quoi faire !
Quand vient l’printemps, personne m’attend
Alors qu’l’été m’oublie jamais
Je me sens chaud je me sens brûler
Je me sens beau je me sens pas laid du tout
J’veux rigoler, je veux batifoler
Alors Bienvenue l’été !


Sois prêt l’été, car je suis préparé !

C’est si souvent qu’en plein été
La vérité vous soit cachée
Dans le feuillage de la gaieté
Moi, ça m’a toujours épaté

Les retraites, la canicule, Hiroshima, Nagasaki, et la la la

Allez reviens l’été !