Saturday, February 19, 2005

Noir sur blanc

Filles inconnues (votre style vous trahit) et bloggeuses de 20six, mille et un mercis pour vos bons mots (le mille unième compte plus que tout).
Excusez ce mur taggé, celui de mes lamentations immatures. Seulement, si je pète un cable, c'est que je suis en sous-alimentation.

Message à mon guitariste exilé:

J'apprécierais que tu m'appelles
Pour qu'on se rappelle nos conneries
Qu'on a répétées à la pelle
Qui nous attiraient des ennuis

J'apprécierais que tu m'appelles
Pour qu'on se rappelle la grande vie
Celle qu'on menait -entends l'appel,
Avant qu'elle ne devienne pourrie.

Mais il parait que le souvenir,
Ben c'est HAS BEEN
J'aimerais en rire,
Mais ça me fiche le spleen.

On peut encore déplacer les montagnes
On peut encore survoler les océans
On peut encore dévorer les charognes
On peut encore surpasser les carcans.