Sunday, January 23, 2005

En concert fumeur à L'Autobus Café le 27 janvier

J'ai arrêté de fumer des cigarettes pour de vrai. Oui, j'ai trouvé la solution. La volonté. Mais pas n'importe laquelle... (raconte-nous tout, JPP)

A présent, chaque fois que j'ai envie de fumer une cigarette (réflexe physiologique, main considérée comme inutile et désagréable, briquet qui teinte contre les clés dans ma poche, proposition perverse d'autrui, quatrième bière, visualisation de la gueule de James Dean, ennui face à la vanité du monde dans lequel je vis et à cette récurrente incapacité à rendre éternels ces interstices de mystère que l'inspiration tente de capturer pour mener à la "création artistique", etc.), et AU LIEU de fumer une cigarette, j'engage une conversation avec une jeune femme de mon entourage immédiat.

Chaque tentative de pose a donc été remplacée par une tentative d'action. Le tout, évidemment, dans un même souci d'embellir le monde.

C'est un entraînement, qui ne me fait pas suer du tout. Mais alors, pas du tout. Moi qui pensais perdre cette confiance en soi que donne la Camel d'un paquet souple lorsqu'elle corrige une main sans âme, connerie juvénile! Je suis beaucoup moins timide maintenant! Incroyable pour ceux qui me connaissent. Horreur pour ceux qui me considèrent comme déjà suffisamment exubérant. Ennui pour ceux qui découvrent ce blog.

Sur certains sites d'anciens fumeurs, on appelle cela: "le cap du troisième jour".